ewaa
Admin
L’indépendance des médecins, mythes ou réalités
  >>suite
3la
ÇáÞØÇÚ ÇáÕÍí Ýí ÇáãÛÑÈ íæÇÌå ãÎÇØÑ ÇÚÊãÇÏ ÇáÎíÇÑÇÊ ÇáÊí ÝÔáÊ Ýí ÃæÑÈÇ
« L’Etat détruit l’hôpital public pour le vendre aux investisseurs »
  >>suite
 
 
Revue de la presse marocaine du 10 novembre 2012
LE MATIN DU SAHARA ET DU MAGHREB
-El Hossein El Ouardi met fin au cumul d'exercice de la médecine. Désormais, les médecins fonctionnaires (secteur public) ne peuvent plus exercer la profession à titre privé. Autrement dit, le cumul de l'exercice dans le public et le privé est interdit. Il s'agit là, d'une décision approuvée par le conseil du gouvernement, réuni jeudi dernier. Le ministre de la Santé, s'exprimant lors du point de presse tenu à l'issue de ce conseil, a été on ne peut plus catégorique. "Il s'agit d'une décision politique irrévocable". Pour lui, cette décision vise à mettre fin à l'anarchie qui règne dans le secteur. Car d'après lui, "il n'est plus acceptable que les médecins fonctionnaires s'adonnent à l'exercice de la profession à titre privé. Surtout que la majeure partie des médecins fonctionnaires exercent dans les cliniques, alors que dans les hô pitaux, on ne cesse de pointer du doigt le manque de l'offre de soins".


LIBERATION
-Les médecins du secteur public interdits d'exercer dans le privé: Décision "populiste" ou simple application de la loi? La décision du gouvernement d'interdire aux médecins du secteur public d'exercer dans le privé ne fait pas l'unanimité au sein des professionnels du secteur de la santé. Mohamed Dahmani, SG du Syndicat national de la santé publique (affilié à la FDT) a qualifié cette décision prise lors du Conseil de gouvernement de "populiste" et de "comparable" à celle prise dernièrement par le ministre de l'Education nationale. La position du Syndicat national des médecins du secteur libéral est diamétralement opposée à celle de Dahmani. Le SG de ce syndicat, Mohamed Bennani Naciri, s'est montré favorable à la décision car le Syndicat exige depuis plusieurs années l'application de la loi 10/94 qui interdit aux médecins du secteur public de pratiquer dans le secteur privé.

AL BAYANE
-Réforme du secteur de la santé: Le Pr Louardi à l'Âœuvre. Les médecins du secteur public n'ont plus le droit d'exercer dans le privé, en vertu d'une décision prise en Conseil de gouvernement. Cette annonce aux journalistes a été faite à l'issue de cette réunion par le ministre de Santé qui a indiqué que des sanctions sont prévues contre les médecins et cliniques privées qui ne respecteront pas cette décision. Le département d'El Ouardi poursuit donc la mise en oeuvre de son plan d'action visant à mettre de l'ordre dans le secteur, à mettre fin à l'anarchie qui y règne et à travailler dans la transparence et la légalité pour améliorer les services offerts aux citoyens en matière de santé.

AL MASSAE
-Le gouvernement interdit aux médecins du secteur public d'exercer dans le privé et le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi affirme que toutes les mesures nécessaires seront prises à l'encontre aussi bien des médecins que des cliniques qui ne vont pas respecter cette décision.

AL KHABAR
-El Houssein El Ouardi, ministre de la Santé, annonce que le gouvernement a décidé d'interdire aux médecins du secteur public de pratiquer dans le privé, soulignant qu'il s'agit d'une décision gouvernementale politique "irréversible". Le ministre a par ailleurs déclaré que les médecins et les cliniques qui ne respecteront pas cette décision feront l'objet de sanctions et annoncé avoir charger des commissions d'inspection de veiller à l'application stricte de cette décision.

AL AHDATH AL MAGHRIBIA
-Sur décision du gouvernement: Les médecins du public seront obligés d'exercer uniquement dans le secteur public

RISSALAT AL OUMMA
-Suite à la décision du gouvernement d'interdire aux médecins du secteur public d'exercer dans le privé, El Houssein El Ouardi reproduira-t-il le scénario de Mohamed El Ouafa relatif à l'enseignement dans les écoles privées et ce en n'accordant aucune phase de transition pour permettre aux cliniques privées de palier au manque des médecins? Des sources ont indiqué dans ce cadre que le ministère de la Santé est, pour éviter ce scénario, en cours d'élaboration d'accords de partenariat en coordination avec les cliniques du secteur privé qui souffrent d'un manque en personnel médical en vue d'autoriser à certains médecins du public d'exercer dans le privé à condition que cela soit en dehors des horaires du travail dans les hô pitaux publics.

ASSAHRAE AL MAGHRIBIA
-Le gouvernement ferme la porte des cliniques privées devant les médecins du secteur public sous peine de sanctions contre ceux qui ne respecteront pas cette décision. Des syndicalistes soutiennent avec réserve la décision à cause des craintes quant au manque des cadres médicaux dans certaines spécialités telles que l'anesthésie et la réanimation.

BAYANE AL YAOUM
-Le gouvernement interdit le cumul d'exercice dans les hôpitaux publics et les cliniques privées et prévoit des sanctions à l'encontre de ceux qui vont enfreindre cette décision prise lors de la réunion du Conseil de gouvernement. Pour le ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi, cette décision est "irréversible", soulignant que des commissions d'inspection veilleront, à partir des trois prochaines semaines, au suivi de la mise en application de cette mesure.
MAP

AUJOURD’HUI LE MAROC
El Hossein El Ouardi : Le gouvernement décide d'interdire aux médecins du secteur public d'exercer dans le privé
Les médecins et les cliniques privées, qui ne respecteront pas cette décision, seront sanctionnés
Le gouvernement a décidé d'interdire aux médecins du secteur public d'exercer dans le secteur privé, a annoncé, jeudi à Rabat, le ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi.
Les médecins et les cliniques privées, qui ne respecteront pas cette décision, seront sanctionnés, a souligné M. El Ouardi lors d'un point de presse à l'issue de la réunion du Conseil de gouvernement.
Il a également indiqué que des commissions d'inspection veilleront, à partir des trois prochaines semaines, au suivi de la mise en œuvre de "cette décision politique irréversible", ajoutant que les dispositions nécessaires seront prises à l'égard des contrevenants.
Et d'ajouter que cette décision est prise conformément à la loi en vigueur dont l'article 57 interdit aux médecins d'exercer au même temps dans le secteur public et le secteur privé.
Cette décision intervient dans le but de valoriser les ressources humaines exerçant dans le secteur public à même de répondre, entre autres, aux besoins des citoyens en terme de prestations médicales, a expliqué M. El Ouradi .
Le ministre a, également, présenté un exposé sur la décision prise par son département relative à la "réduction immédiate" de plus de 50 pc sur les prix d'environ 320 médicaments de certaines maladies chroniques.
Cette réduction, qui entre en vigueur à partir de ce 8 novembre et qui pourrait atteindre dans certains cas jusqu'à 80 pc, concerne, en particulier, des médicaments destinés à des maladies graves et chroniques, a-t-il ajouté.